Evitez le oui, mais !

chacun a une perception de la réalité.

Chacun a son avis. Mais l’avis de l’autre est il moins important que le mien?

Pourquoi puis je décider que l’autre a tort ?

Petite technique pour se changer et changer !

Oui, tu as tort !

Dans certains cas, la raison se base sur des choses factuelles.

Se tromper sur une addition de mathématique. Ou faire une erreur de géographie, il n’y a pas débat. On peut se permettre de souligner une erreur.

Ici on s’intéressera au reste des avis, plutôt subjectifs.

Les désaccords sont largement liés à des sujets subjectifs. Surtout sur nos comportements humains.

Dans ce cas, il n’y a aucune vérité. Chacun perçoit les choses à sa façon. Et tout le monde a toujours raison, parce que tout simplement ce qu’on exprime vient de son histoire, ses émotions, ses schémas mentaux, son éducation, son parcours de vie.

Et cela ce n’est pas en une phrase ou un argument ( a moins d’être un super héros ) que vous changerez les 100 000 histoires de vie de votre interlocuteur qui les a construit pour percevoir la même chose que vous ! Vous n’y arriverez pas ! Alors autant conjuguer ensemble…

Bannir le mot « mais ».

Bannir le mot mais est un exercice plutôt intéressant !

Et j’en fait l’expérience suivante :

A chaque fois que je veux le prononcer, je me retiens. En essayant à toute vitesse dans mon petit cerveau de comprendre pourquoi je ne suis pas d’accord.

Cela m’oblige à reposer la question.

Car les incompréhensions naissent souvent d’un manque de partage.

Creuser le pourquoi du désaccord est donc primordial avant de pouvoir répondre.

 

Et comment répondre ?

Tout simplement en bannissant le mot « mais ».

Clairement ce mot invariable de la langue française exprime l’opposition. Alors que le résultat dans la relation pour vous et pour l’autre est plutôt de trouver un accord, un consensus.

Alors si vous souhaitez clore un sujet, une problématique, et trouver une solution, l’opposition n’est pas souhaitable. Et de facto bannir ce petit mot clé subtil et ravageur. Avant même que vous ayez formulé votre contre argument, le mot « mais » éveille la méfiance, l’hostilité chez l’autre.

Il est plus intéressant de rebondir sur le fond. Et creuser ce qui bloque son interlocuteur. Car oui il a autant raison que vous !

Oui l’exercice peut être fatiguant car il nécessite un peu de se remettre en question. On peut avoir des convictions, mais ce sont nos propres convictions. Et elles n’ont aucune valeur si elles ne sont pas sans cesse confrontées à la réalité !

Et pour positiver, l’exercice demande de l’effort et de l’énergie au début du processus. l’hygiène mentale s’en trouve améliorée. Cela devient une habitude.

( il faut 21 jours pour ancrer une habitude en soi ).

Cela nécessite de poser la fameuse question des 5 pourquoi pour comprendre ensemble ce qui se cache derrière ces désaccords.

 

En résumé :

  1. Vous n’êtes pas d’accord ? Posez une question. Deux questions. Trois, quatre et cinq.
  2. Synthétiser la problématique en mettant les avis ensemble dans une problématique commune.
  3. Et répondre sans jamais prononcer ce mot « mais ». Non pas qu’il ne faille pas exprimer son désaccord. Mais plutôt trouver le minimum commun d’entente.

A lire  : la fable du perroquet :  Oui mais...

4 réflexions sur “Evitez le oui, mais !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.