Mathilde marche grâce au telethon.

Vous devez être nombreux à soutenir le telethon depuis des années sur la recherche.

Les grandes avancées de l’association se sont concentrées sur la détection du génome adn sur les maladies génétiques.

J’ai soutenu le telethon pour faire avancer la recherche.

D’abord pour ma propre mère elle même atteinte d’une maladie rare. Elle était en fauteuil roulant. Elle a eu des problèmes de cœur. Elle a du être amputée de son pied. Elle avait des problèmes de cœur.

Aujourd’hui ma maman n’est plus là , mais avec joie je vois les avancées du telethon :

Sans imaginer qu’un jour les médicaments du Telethon puissent rendre les jambes à ses malades.

Et qu’ils marchent. Juste avec un médicament.

C’est Mathilde

Et cette année, elle ne prend plus son fauteuil roulant. Alors pour faire avancer la science, faites un petit don !

https://www.europe1.fr/societe/apres-20-ans-passes-en-fauteuil-roulant-mathilde-remarche-grace-au-telethon-3815723

Être poli avec la vie !

gerer_stress_technique_coussin

Olivier de kersauson navigue sur mer… et sur terre..

Et il  nous livre ce beau message : celui d’être poli avec la vie. La respecter.

Il donne un sens aussi à tout ce que nous faisons.

« Le jour où je vais disparaître, j’aurai été poli avec la vie car je l’aurai bien aimée et beaucoup respectée. Je n’ai jamais considéré comme chose négligeable l’odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c’est bien, mais l’exaltation du présent, c’est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l’on voudrait avoir, on ne s’émerveille plus de ce que l’on a. On se plaint de ce que l’on voudrait avoir. Drôle de mentalité! Se contenter, ce n’est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l’on a, c’est un savoir vivre. »

Olivier de Kersauson